ACCUEIL

ANNEXES

AFB - Air Force Base
AFOSI - Air Force Office of Special Investigations
DIA - Defense Intelligence Agency
DNA - Defense Nuclear Agency
DARPA - Defense Advanced Research Projects Agency
NSA - National Security Agency
SRI - Stanford Research Institute
LANL - Los Alamos National Laboratory
SNLMR - Sandia National Laboratories Military Reservation

The Aviary - La Volière

Pour les ufologues américains, 'the Aviary' réfère à un groupe d'individus, souvent liés à des agences gouvernementales, ou particulièrement en vue dans les medias spécialisés, dont le rôle ambigu est soit de "préparer le public" à des révélations prochaines, ou de propager la désinformation afin de retarder l'appréciation de la vraie nature du phénomène Ovni.

Nous devons cette appellation à l'ufologue William Moore - lui-même un ancien agent de l'AFOSI (Air Force Office of Special Investigations) et auteur de "The Roswell Incident" (1980). Dans un article publié en 1991 dans Fate Magazine, et, croit-on, lors d'une conférence devant le MUFON à peu près à la même époque, William Moore a spectaculairement révélé avoir travaillé avec un groupe d'agents gouvernementaux spécialistes de la désinformation; ils étaient chargés d'intoxiquer d'autres chercheurs, en leur promettant de bénéficier d'informations confidentielles. Dans son article, Moore avait surnommé ce groupe de désinformation : "The Aviary" - La Volière.

"J'ai bien connu Bill Moore entre 1983 et 94. Les noms d'Oiseaux étaient une manière pour Bill et Jaime Shandera d'évoquer différentes personnes en public, et au téléphone, sans avoir à se montrer plus précis. Un bon journaliste se doit de protéger ses sources. J'ai toujours quelques notes de cette époque, avec la mention "de Partridge". Qui serait prêt à revendiquer ce Nom d'Oiseau ? Il y en avait une douzaine à un certain moment, et je pense que la plupart des personnes concernées ignoraient le nom qui lui avait été attribué. Ce qui m'étonne surtout, c'est que des gens totalement ignorants ont pu identifier ce groupe informel à une Conspiration de Désinformation !" (Brian Parks).

Chaque membre était donc codé par un 'nom d'oiseau'. La liste ci-dessous est tirée d'un article publié en 1996 par Richard J. Boylan, Ph.D. (http://www.drboylan.com/), qui a joué et continue de jouer un certain rôle dans ce domaine. D'autres listes circulent, donc celle-ci n'est qu'indicative, même si elle recense les principales personnalités concernées. Leurs liens avec des agences comme la CIA doivent être considérés avec réserve, bien que l'ensemble des informations données ici paraissent assez bien refléter leur parcours.

William Moore lui-même figure dans cette version de la liste...

BLUEJAY/GEAI - Dr. Christopher "Kit" Green, MD, Ph.D., Chef du Département Biomedical Sciences chez General Motors; ancien archiviste des documents UFO de la CIA au "Weird Desk"; a reçu la Médaille Nationale du Renseignement pour ses travaux sur un projet classifié pendant la période1979-1983; aurait été récemment l'homme des UFOS rattaché à la Maison Blanche.

PELICAN - Ron Pandolfi, Directeur-Adjoint de la Division Science et Technologie à la CIA, et actuel archiviste des documents UFO au "Weird Desk"; impliqué dans l'Initiative de la Maison Blanche, comme agent de liaison UFO, pour diffuser (sur instruction de Laurence Rockefeller) l'information ufologique au public; ces dernières années, il a discrètement révélé des informations relatives aux UFOS.

OWL/HIBOU - Hal Puthoff, physicien à l'"Institut des Recherches Avancées" à Austin, Texas, anciennement au Stanford Research Institute (SRI), ayant mené depuis 1972 des recherches classifiées (avec Russell Targ) sur la Vision à Distance pour la collecte d'informations sur les forces soviétiques pendant le Guerre Froide. Parmi leurs collaborateurs à l'époque, Duane Elgin, Willis Harman et l'astronaute Edgar Mitchell; ce dernier leur a permis de tester en laboratoire les capacités de Uri Geller. Hal Puthoff aurait un poste de chercheur à la DIA, (avec son ami Ingo Swann), pour des projets en parapsychologie, psychotronique, vision à distance, et le contrôle mental; il serait impliqué dans des études classifiées sur les techonologies ET.

RAVEN/CORBEAU - (Identité indéterminée) RAVEN semble occuper une place centrale dans "La Volière", et c'est un jeu récurrent dans le monde du renseignement ufologique à Washington de débattre de son identité. Chacun a son "candidat" favori parmi lesquels : James Jesus Angleton, Henry Kissinger, Ph.D., Edward Teller, Ph.D.; le Général Brent Scowcroft. Pour Collins et Doty, Raven était Richard Helms, ou "Mr. X", ancien Directeur de la CIA.

RAVEN/CORBEAU - Dale Graff - A été recruté dans le cadre de contracts de surveillance pour la DIA à Wright Patterson AFB. Par la suite, avec l'aide de Jack Vorona, Graff a été le chef du département spécial Technologie Défense de la DIA. Des rumeurs laissent entendre qu'il a été abducté, et qu'il fut impliqué dans la "magie noire" et des programmes de psychotronique à Los Alamos, mais qu'il fut congédié par la DIA. Smith a déclaré que Graff fut le principal responsable du groupe de travail des applications OVNI "militaires" à Los Alamos.

PENGUIN/PINGOUIN - John B. Alexander, Ph.D. en Sciences de la Mort (Thanatologie), Lt. Col., (Retraité) du Renseignement de l'U.S. Army et de l'INSCOM (Security Command), ce qui représente sans doute sa couverture militaire pour agir au sein de l'Agence Nationale de Sécurité (NSA). Le Colonel Alexander est directeur du Département des Armes Non-mortelles, au Los Alamos National Laboratory, et on l'a dit impliqué dans le contre-espionnage par la Vision à Distance, la guerre psychique, ainsi que des projets en psychotronique et contrôle mental avec applications militaires et de sécurité. Dans le même temps il poursuit des recherches dans le domaine des contre-mesures physiques. Le Dr. Alexander fait partie du Bureau directeur de PSI-Tech Corp. (avec le Général Al Stubblebine et le Major Ed Dames, tous deux de l'INSCOM. PSI-Tech Corp. est une firme indépendante qui conduit des projets particuliers de vision à distance. Le Général Stubblebine a déclaré que la technique de Vision à Distance avait permis de révéler des structures et des machines à la surface et dans le sous-sol de Mars (International Symposium on UFO Research, 22-25 mai 1992 - Denver Colorado).

HAWK/FAUCON - Ernie Kellerstraus bénéficie d'un haut niveau d'accréditation pour l'information Ufologique, il a travaillé à Base de l'Air Force de Wright-Patterson dans les années 1970, et la légende court selon laquelle il aurait cotoyé un extraterrestre pendant quelque temps; il aurait collaboré avec Dale Graff (*HARRIER*?) et le Capitaine Bob Collins (CONDOR), pour le Renseignement de l'Air Force, en fournissant des informations aux personnels opératifs de l'USAF/AFOSI en mission de désinformation.

(Pseudo inconnu. Serait PARTRIDGE/PERDRIX?) - Jacques Vallée, Ph.D., anciennement astrophysicien au GEPAN, la première agence française de collecte de données ufologiques, a ensuite émigré aux Etats-Unis comme enquêteur principal pour les projets du réseau informatique du Département de la Défense; il a travaillé avec le célèbre astronome Dr. J. Allen Hynek qui a quitté et dénoncé le Projet militaire Blue Book comme une manoeuvre de désinformation; auteur prolifique sur le sujet Ovni, plus récemment, il s'est tourné vers une explication métaphysique du phénomène. Au début des années 80, il a expérimenté la Vision à Distance avec Ingo Swann au SRI.

SEAGULL/GOELAND - Bruce Maccabee, Ph.D., Expert renommé en photographie navale, chercheur scientifique en physique optique et applications militaires des lasers au U.S. Naval Surface Weapons Lab, MD; Consultant du MUFON dans les domaines de la physique et de l'interprétation photographique, auteur prolifique et expert-consultant sur des cas OVNIs réels ou faisant partie de la désinformation.

CHICKADEE - Cmdr. C.B. Scott Jones, Ph.D., USN (Ret.), ancien officier de l'Office of Naval Intelligence et autres Agences; il a servi 30 ans dans le Renseignement U.S. à l'étranger; impliqué dans des projets gouvernementaux de recherche et développement pour l'Agence de Défense Atomique (DNA), la Defense Intelligence Agency (DIA), la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), l'INSCOM (Army Intelligence and Security Command) et d'autres organisations; autrefois assistant du Sénateur Claiborne Pell, chargé de collecter pour lui des renseignements dans le domaine OVNIs et le paranormal, il s'est efforcé de convaincre le Congrès de lancer des auditions sur le sujet OVNIs; Président de la Human Potential Foundation; conseiller de Laurence Rockefeller dans le domaine ufologique, il s'est chargé un temps de contacter les leaders mondiaux en vue de l'annonce publique de la réalité OVNIs/E.T.; en Mai 1995, à Washington, D.C., il a organisé la Conférence Internationale "When Cosmic Cultures Meet".

Jack Vorona (nom d'oiseau inconnu) - Ancien physicien nucléaire, l'un des principaux scientifiques du Pentagone, il a été le Chef du Directoire du renseignement scientifique et technique de la DIA. Il est apparemment le mieux protégé de tous les Oiseaux. On pense qu'il a assuré un rôle de liaison entre Capitol Hill et Los Alamos. Il avait précédemment assuré la défense du SRI de Hal Puthoff aux plus hauts niveaux sous l'adminisatration Reagan. Il fut impliqué dans le Projet "Belle au Bois dormant" (Sleeping Beauty), une expérimentation visant à défaire les troupes ennemies par l'utilisation de radiations électromagnétiques. Vorona a pris sa retraite en 1989. Il aurait ensuite "disparu," et personne ne saurait où il se trouve actuellement.

CONDOR - Capitaine Bob Collins, USAF (Ret.), Agent Spécial de l'AFOSI, engagé dans des opérations de renseignement relatives aux OVNIs; il serait apparu, dissimulé, dans une production TV produite en 1988 par Kodak, un programme titré "UFO Cover-Up Live", en compagnie de l'ancien employé de la CIA, John Lear, présentant des extraits d'autopsies d'aliens, des récupérations d'épaves, et affirmant que le gouvernement était informé de la présence E.T.

FALCON - Sgt. Richard "Dick" Doty, USAF (Ret.), Agent Spécial de l'AFOSI, a reconnu sa participation dans des programmes de désinformation concernant les OVNIs, y compris contre l'enquêtrice de télévision Linda Moulton Howe; il est couramment accusé d'avoir mené une guerre psychologique contre Paul Bennewitz, un contractant de la Défense dans le domaine électronique, qui vivait à Albuquerque, parce qu'il prétendait avoir détecté une activité Ovni autour de la base Air Force de Kirtland et du Laboratoire National de Sandia, également à Albuquerque. Il aurait causé la dépression mentale du sujet peu avant sa mort. Il a participé pour une trentaine de pages au livre 'Exempt from Disclosure' de Robert Collins, publié en 2005, affirmant qu'il n'était plus opérationnel depuis 1988 et libre de s'exprimer ouvertement. Il a également été conseiller technique de la série Taken pour Steven Spielberg.

FALCON, pour Richard Boylan, serait le Commandant C.B. Scott Jones. C'est un ancien Officier du Renseignement Naval qui a passé 30 ans dans le renseignement à l'étranger. Il a été impliqué dans des projets gouvernementaux en Recherche & Développement pour l'Agence de Défense Nucléaire, la DIA et la DARPA.

(SPARROW/MOINEAU) - William Moore, USAF (Ret.), Agent Spécial de l'AFOSI,; auteur prolifique sur le sujet Ovni,; a publiquement reconnu lors d'une Conférence du MUFON qu'il était un agent opératif de l'Air Force, impliqué dans des projets de désinformation relatifs aux Ovnis.

PARROT/PERROQUET - Sénateur Claiborne Pell. Ancien représentant démocrate de Rhode Island, féru de parapsychologie et de Vision à Distance, de spiritisme : "au début des années 80, il utilisait un médium pour essayer de communiquer avec les leaders soviétiques défunts, pour les encourager à communiquer à leur tour avec les responsables soviétiques actuels et les convaincre de la nécessité de la paix." (Jim Schnabel - 'Espions Psi', Le Rocher).

HERON - Jerry Miller - GS-15, Conseiller scientifique pour le Centre de Test et d'Evaluation de la base Air Force de Kirtland. KAFB, assista Richard C. Doty dans les années 80 dans son approche de Paul Bennewitz. Ancien Enquêteur de l'US Air Force pour le Projet Blue Book.

John B. Alexander Dale Graff Sénateur Claiborne Pell Général Al Stubblebine

Sources : http://www.everything2.com/index.pl?node_id=143009

http://www.think-aboutit.com/ufo/aviary_the_aquarium.htm

"Espions Psi" de Jim Schnabel (Le Rocher) (Remote Viewers: The Secret History of America's Psychic Spies, 1997)

Le Hacker contre la dissimulation - extraits

Le pirate informatique britannique Gary McKinnon, soupçonné d'avoir piraté 97 serveurs du Gouvernement Américain entre 2001 et 2002 a été arrêté en 2002 par l'unité nationale contre le crime de haute-technologie du Royaume-Uni, après avoir été accusé d'effraction dans les réseaux informatiques de la NASA et de l'armée américaine.

Il déclare avoir passé deux ans à rechercher des preuves photographiques d'un vaisseau spatial alien et des technologies avancées dans le domaine de l'énergie. L'Amérique veut maintenant le juger, et il pourrait être condamné à 60 ou 70 ans de prison et une forte amende. Il lui est interdit d'utiliser l'Internet.

Gary s'est confié à Spencer Kelly, présentateur de « Clic » sur la BBC, pour raconter son histoire, avant son audition d'extradition le mercredi 10 mai.

Gary McKinnon

Spencer Kelly : Vous êtes accusé d'avoir pénétré les réseaux de l'armée, la Marine, l'Armée de l'Air, le département de la Défense, et la NASA, entre autres choses. Pourquoi ?

Gary McKinnon : J'étais à la recherche d'éléments d'une technologie qu'on laisse au placard, désignée par moquerie sous le nom de technologie Ovni. Je pense que c'est le secret le mieux gardé au monde en raison de sa charge de dérision, mais c'est une chose très importante. Les retraités ne peuvent pas payer leurs factures de carburant, des pays sont envahis pour que des nations occidentales s'attribuent des contrats pétroliers, et pendant ce temps des membres du gouvernement secret dissimulent des technologies concernant l'énergie libre.

SK : Comment avez-vous procédé pour trouver ce que vous recherchiez dans les ordinateurs de la NASA, ou du Département de la Défense ?

GM : Contrairement à ce que la presse aimerait vous faire croire, ce n'était pas si difficile. J'ai recherché des mots de passe en blanc, j'ai écrit un tout petit script en langage Perl qui reliait d'autres programmes de recherche de mots de passe en blanc, ainsi vous pouvez interroger 65.000 machines en moins de huit minutes.

SK : Vous dites avoir ouvert des ordinateurs ayant un statut supposé de haute protection, correspondant à un haut niveau de responsabilités, sur lesquels personne n'avait institué de mot de passe ? Qui n'avaient que le mot de passe par défaut ?

GM : Oui, c'est bien ça. Un rapport officiel américain a encore récemment publié un rapport dénonçant le très très bas niveau de sécurité fédérale.

SK : Pendant combien de temps avez-vous fouillé ? Une semaine ?

GM : Non, pendant deux ans.

SK : Et vous êtes passés inaperçu pendant cette période ?

GM : Oui. Je faisais attention aux heures. Je jonglais avec les fuseaux horaires. La nuit il n'y a pas beaucoup de gens devant les machines. Mais une fois un ingénieur-réseau m'a vu et nous avons dialogué sur WordPad, ce qui était très, très étrange. Il a demandé : « Qu'est-ce que vous faites ici ? » ce qui m'a surpris. J'ai répondu que je faisais partie de la Sécurité Militaire informatique, et ça l'a totalement convaincu.

SK : Avez-vous trouvé ce que vous recherchiez ?

GM : J'ai observé un genre de vaisseau ou de satellite, mais construit par des moyens que je n'avais jamais vus auparavant. Il n'y avait pas de rivet, pas de soudure, ça avait l'air construit d'une seule pièce.

SK : Qu'avez-vous trouvé à la NASA ?

GM : Une des personnes était un expert photographique de la NASA, et elle a dit que dans le bâtiment 8 du Centre Spatial Johnson ils passent leur temps à retoucher les images satellite à haute résolution pour effacer les ovnis : ils ont des dossiers nommés «filtrées» et «non-filtrées», «à traiter» et «brutes». J'ai sorti une image d'un de ces dossiers, mais je ne disposais que d'une connexion téléphonique très lente, à 56K, et, en utilisant une commande à distance j'ai dégradé l'information de couleurs à 4bit avec une résolution d'écran vraiment très basse, mais l'image s'affichait toujours par saccades. Et ce qui est apparu sur mon écran était étonnant. C'était le point culminant de tous mes efforts. C'était une image de quelque chose qui n'était certainement pas synthétique. Ca se trouvait au-dessus de l'hémisphère terrestre. Un genre de satellite. En forme de cigare avec des dômes géodésiques au-dessus, en-dessous, vers la gauche, la droite et à ses extrêmités, et bien que ce soit une image de basse résolution ça apparaissait bien défini. Cette chose flottait dans l'espace, avec l'hémisphère terrestre bien visible en-dessous, et sans rivets, ni soudures, rien qui ait l'aspect de nos constructions habituelles.

SK : Est-il possible que ce soit une représentation artistique ?

GM : Je ne sais pas. Pour moi, c'était plus qu'une coïncidence. Une femme m'avait dit : « C'est ce qu'on peut voir, dans ce bâtiment, dans ce Centre Spatial ». J'ai pénétré dans ce bâtiment, et c'est exactement ce que j'ai vu.

SK : Avez-vous une copie de ce document ? Elle a été capturée sur votre machine...

GM : Non, la visionneuse à distance affiche image par image. C'est une application Java, donc on ne peut rien sauver sur son disque dur, ou du moins seulement une image à la fois.

SK : Ainsi vous avez obtenu au moins une image ?

GM : Non.

SK : Que s'est-il produit ?

GM : Quand j'ai été coupé, l'image a juste disparu. J'ai été coupé pendant que je téléchargeais l'image.

SK : Quelle serait la punition appropriée pour quelqu'un comme vous ?

GM : Premièrement, en raison de ce que je recherchais, je pense que j'étais moralement correct. Bien que je le regrette maintenant, je pense que la technologie d'énergie libre devrait être publiquement divulguée. Je veux être jugé dans mon propre pays, pour intrusion informatique, et je veux que les Américains fournissent la preuve avant de m'extrader, parce que je sais il n'y a aucune preuve d'un quelconque dommage.

La NASA a déclaré à « Clic » qu'elle n'entendait pas discuter des questions de sécurité informatique ou des problèmes légaux. Elle a nié avoir jamais trafiqué des images dans le but de tromper et déclaré qu'elle avait une politique d'ouverture et de totale divulgation, ajoutant ne détenir aucune preuve directe de la vie extraterrestre.

http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/programmes/click_online/4977134.stm
avec l'interview en video

Une autre interview de Gary McKinnon est disponible sur le Net, réalisée par Kerry Cassidy & Bill Ryan dans le cadre de leur Projet Camelot.

Image : Kerry Cassidy & Gary McKinnon

Paul Hellyer, ancien Ministre Canadien de la Défense et Député du temps de Pierre Trudeau a rejoint les rangs de trois organisations non gouvernementales pour demander au Parlement du Canada de tenir des audiences publiques sur les Exopolitiques, concernant les ETs.

OTTAWA, CANADA

Le 24 novembre 2005

Par "ETs," M. Hellyer et ces organisations veulent parler des civilisations extraterrestres avancées qui peuvent maintenant visiter la Terre.

Le 25 septembre 2005, dans un discours surprenant à l'Université de Toronto qui a attiré l'attention des principaux médias, Paul Hellyer, Ministre National de la Défense du Canada de 1963-67 sous le Premier Ministre Lester Pearson, Lauréat du Prix Nobel de la Paix, a déclaré publiquement : "Les OVNIs sont aussi réels que les avions qui survolent votre tête."

M. Hellyer a poursuivit : "Je me sens tellement concerné par ce que pourraient être les conséquences de commencer une guerre intergalactique, que je pense que je devais absolument dire quelque chose."

Hellyer a révélé, "Le secret qui couvre toutes les questions se rapportant à l'incident de Roswell était sans précédent. La classification était, au départ, au-dessus du top-secret, ainsi la vaste majorité des officiels et des politiciens américains, sans parler d'un simple ministre de la défense allié, n'ont jamais été concernés."

Hellyer a averti, "Les militaires des Etats-Unis préparent des armes qui pourraient être utilisées contre les extraterrestres, et ils pourraient nous impliquer dans une guerre intergalactique sans que nous níen ayons le moindre avertissement." Il a ajouté, "L'administration Bush a consenti finalement à laisser les militaires construire une base avancée sur la lune, qui pourrait les mettre dans une meilleure position pour surveiller les allées et venues des visiteurs de l'espace, et tirer sur eux, s'ils le décident."

Le discours de Hellyer s'est terminé par une ovation debout. Puis il a dit :

"Le temps est venu de lever le voile sur le secret, et de laisser sortir la vérité, ainsi il pourra y avoir un vrai débat informé au sujet d'un des plus grands problèmes auquel fait face notre planète aujourd'hui."

Les trois organisations non gouvernementales ont relayé les paroles de Hellyer et ont tenté une approche envers le Parlement du Canada, à Ottawa, la capitale du Canada, afin de les inciter à tenir des audiences publiques sur une possible présence extraterrestre, et définir ce que le Canada devrait faire. Le Sénat Canadien, qui sont tous nommés par le gouvernement, a tenu des audiences objectives, bien considérées, et a émis ses rapports concernant les problèmes controversés, comme le mariage entre personnes du même sexe et l'usage médical de la marijuana.

Le 20 octobre 2005, l'Institut pour la Coopération Spatiale a demandé au SÈnateur Canadien, Colin Kenny, directeur au Sénat du Comité Sénatorial sur la Sécurité et la Défense Nationale, de planifier des audiences publiques sur l'Initiative Canadienne en Exopolitiques, afin que des témoins, tels que l'Honorable Paul Hellyer, et les militaires de haut rang de l'Intelligence canadienne, en rapport avec le NORAD, les scientifiques et les tÈmoins gouvernementaux, puissent faciliter le Projet Disclosure et, par le Colloque de Exopolitiques de Toronto, puissent présenter des preuves irréfutables, des témoignages, et émettre des recommandations sur les Politiques Publiques.

Parmi les organisations non gouvernementales qui souhaitent des audiences du Parlement, il y a le Colloque des Exopolitiques de Toronto basé au Canada, qui a organisé le Colloque de l'Université de Toronto auquel s'est adressé M. Hellyer.

Le Projet Disclosure, une organisation basée aux Etats-Unis, qui regroupe des tÈmoins de l'intelligence militaire de haut niveau au sujet d'une possible présence extraterrestre, est aussi une des organisations recherchant des audiences publiques du Parlement Canadien.

L'Institut pour la Coopération Spatiale (ICIS), basé à Vancouver, dont le Directeur International a dirigé une proposition, en 1977, pour des Etudes en Communications Extraterrestres pour la Maison Blanche de l'ancien Président Américain, Jimmy Carter, (lequel a personnellement rapporté en 1969 une Rencontre Rapprochée du Premier Type avec un OVNI), est l'auteur de la demande originale pour des audiences publiques du Parlement Canadien.

L'Initiative Canadienne sur les Exopolitiques, présentée par les organisations au Comité Sénatorial sur les audiences publiques de Winnipeg, au Canada, le 10 mars 2005, propose que le Gouvernement du Canada entreprenne une Décennie de Contacts.

La Décennie de Contacts proposée est ìun procédé de 10 ans pour une éducation publique formelle, subventionnée par l'Ètat, des recherches scientifiques, des développements de programmes éducatifs et d'implémentation, des planifications stratégiques, des activités communautaires et les intérêts publics concernant les pleines communications culturelles, politiques, sociales, légales et gouvernementales et les intérêts publics de la diplomatie de notre société terrestre avec des cultures extraterrestres avancées qui visitent actuellement la Terre.

Le Canada a une longue histoire d'opposition à l'installation d'armes dans l'espace extérieur. Le 22 septembre 2004, le Premier Ministre Canadien, Paul Martin, a déclaré à l'Assemblée Générale de l'O.N.U. :

"L'espace est notre dernière frontière. Il a toujours fasciné notre imagination. Quelle tragédie ce serait, si l'espace devenait un grand arsenal d'armes et la scène d'une nouvelle course aux armements."

Martin a aussi déclaré, "En 1967, les Nations-Unies ont accepté que les armes de destruction massive ne doivent pas être basées dans l'espace. Le temps est venu d'étendre cette interdiction à toutes les armes...."

En mai 2003, s'exprimant devant le Comité sur la Défense Nationale et les Affaires des Anciens Combattants de la Chambre des Communes Canadienne, l'ancien Ministre des Affaires Etrangères du Canada, Lloyd Axworthy, a déclaré : "l'offre de Washington au Canada n'est pas une invitation pour joindre les Etats-Unis sous un écran protecteur, mais elle présente une doctrine globale de la sécurité qui viole les valeurs canadiennes à bien des niveaux."

Axworthy a conclu, "Il doit y avoir un engagement sans compromis pour empêcher l'installation d'armes dans l'espace."

Le 24 février 2005, le Premier Ministre Canadien, Paul Martin, a décidé officiellement que le Canada ne participerait pas au programme de Défense par Missiles Balistiques du gouvernement des Etats-Unis.

Paul Hellyer, qui sollicite maintenant des audiences publiques du Parlement Canadien en relation avec les extraterrestres, depuis le 15 mai 2003, a affirmé dans le journal Globe & Mail de Toronto : "Le Canada doit accepter l'invitation de longue date de Dennis Kucinich, Membre pour l'Ohio du Congrès Américain, de lancer une conférence pour rechercher des appuis concernant un traité international pour interdire les armes dans l'espace. Ceci serait une contribution canadienne positive vers un monde plus paisible."

Début novembre 2005, le Sénat Canadien a répondu à l'ICIS, en déclarant que le Comité Sénatorial ne pourrait tenir des audiences publiques sur les extraterrestres en 2005, pour des raisons d'agenda.

"Ca ne nous dérange pas", a déclaré un porte-parole pour les organisations non gouvernementales, "Nous poursuivrons maintenant notre démarche en direction du Premier Ministre Paul Martin et les dirigeants de l'opposition officielle de la Chambre des Communes, et nous nous représenterons au Sénat du Canada au début de l'année 2006."

"Le temps est venu de révéler publiquement que des civilisations extraterrestres avancées visitent la Terre", a affirmé le porte-parole. "Notre gouvernement canadien doit s'occuper ouvertement de ces problèmes importants du déploiement possible d'armes dans le but de guerres dans l'espace contre des sociétés extraterrestres avancées."

Initiative Canadienne d'Exopolitique

http://www.peaceinspace.net

Une première suite a été donnée à cet évènement, avec la visite à Toronto le 9 mai 2006 du Dr. Steven Greer (Disclosure Project), et l'organisation d'une projection de témoignages, suivie d'une conférence de presse.

L'ancien Ministre Paul Hellyer a également participé à la première conférence sur les Civilisations Extraterrestres et la Paix Mondiale, organisée du 9 au 11 juin 2006 à Hawaï par l'Exopolitics Institute.

http://www.exopolitics.org/

Wikipedia : John Titor est supposé être un voyageur temporel venant de l'année 2036. Il a posté sur plusieurs forums parlant de voyages dans le temps entre 2000 et 2001. Les affirmations de Titor sont marquantes, car elles sont bien écrites, elaborées et relativement logiques ; elles sont mêmes accompagnées de « preuves » photographiques. Finalement, certaines personnes dans les communautés pseudo-scientifiques ont fini par croire ses affirmations. Cependant, la plupart pensent qu'il s'agit d'un canular.

Les affirmations :

Pendant la période où Titor a posté sur les forums, il a fait plusieurs prédictions spécifiques et vérifiables sur des événements du futur proches qui pourraient prouver la véracité -ou non- de son histoire. Il n'a pas fourni de compte-rendu détaillé ni explicite, ce qui suit est un résumé de ses déclarations.

Titor affirmait être un soldat recruté dans le cadre d'un projet gouvernemental de voyage temporel. Il aurait été renvoyé en 1975 pour se procurer un IBM 5100 qu'il affirmait être nécessaire pour surmonter un bug Unix, les machines utilisant Unix devraient alors tomber en panne après 2038, un bug connu qui est du à la caractéristique 32 bits de l'horloge.

Il aurait apparemment profité d'une fenêtre favorable à son retour en 2036 qui s'est ouverte en 2001 pour voir sa famille en 2000).

Titor a participé à des discussion sur des forums Internet, apparement pour évaluer les réactions face à un voyageur temporel. Son premier article est daté du 2 novembre 2000 sous le nom de « Timetravel_0 » avant d'opter pour « John Titor ». Il est aussi probable que « John Titor » soit un pseudonyme.

Plusieurs sites référencent la totalité des écrits de John Titor. La pertinence des retranscriptions peut généralement être vérifiée sur archives.org. Ceci ne valide bien sûr nullement l'aspect "prédictif" des déclarations, mais permet de confirmer la date de réelle de publication.

ACCUEIL